Le paumé dansant

Encordés de bâtons fluos, nous pénétrons La nuit du Petit Paumé au Transbordeur avec déjà, un bilan éthylique incorrect. Je traverse le live de Pills comme un bandit pour rejoindre le chapiteau de La Marquise. Un quadra s’extasie devant la superbe déco polaire angora de Pénélope et nous bondissons sur la piste aux étoiles filantes du Bob Sinclar, remplaçant d’un Schillings forfait.


S’ensuit Jack de Marseille secouant les kids d’une tech-house brillante. Un petit tour dans la grande salle chauffée par une euro-dance binaire nous ramène à notre tente géante. Trois jours plus tard, l’on part s’agglutiner au pub-dansant du quai Augagneur. Le Fish reçoit Laurent Garnier, monument national qui, comme le Queen parisien dans un tout autre registre, est devenu le symbole de la jeunesse décadente dans l’inconscient collectif (pour dire, ma grand-mère haute de ses 75 automnes connaît « la techno, c’est Florent Garnier. Non ? »). Tout le gotha nocturne lyonnais a fait le chemin : des pré-club-kids titanesques, aux ravers oublieux pour un soir de la réputation soft-hip du lieu en passant par tous les faiseurs de modes ou de fêtes de la région. Le paquebot est blindé dès minuit et le brassage de la clientèle assez réussi malgré les quelques piques volés : « T’as vu ses cheveux ? C’est monstrueux. Ils l’ont laissé rentrer » d’un côté ; « Ils auraient pu laisser les boutiquiers dehors » de l’autre. La véritable bataille de « cultures » se passe sur le dancefloor. Là, certains matent du haut du tunnel ou pleurent des autographes pendant que des centaines de furieux punchent sur les beats technoïdes pimentés acid de leur maître. Un set propre, entraînant et posant Garnier comme un professionnel un peu trop parfait.

Jack in Dreamworld. Mercredi, le Bistroy invite Medhi pour sa Jungle Party courante. Jeudi, John Stapelon et Scott Hendy mènent les jeux de pieds au Dope On Plastic ! – La Marquise et vendredi, Jérôme Kell, Dr D-Sko et le très attendu live de Cosmo vitelli solidifie le Transbordeur pour La Superdiscount Party (lire page 23). Samedi, Le Monde à l’Envers effraie nos corps avec Spécial Halloween avec Skal, Magoo et Propel pendant que Stephan A (Couleur 3/D ! Club) housize l’Ambassade.

Saturday’s nightmares. Vendredi, le Stardust (il fallait oser) ouvre en lieu et place de feu Guest et inaugure le lendemain, samedi, les Future Bitch avec D-troy et Peel pendant que Le Fish, Titan Complex et tous les autres tentent de nous faire peur : « I’m the pumpkins’s king ! ».

0 comments on “Le paumé dansantAdd yours →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*