Latex dans les étoiles

Jeudi, je pars rigoler avec Valérie Lemercier à la Cour des Loges. Venue présenter son dernier film, Le Derrière, la plus gay des performeurs-qui-font-rire semblant un tantinet lasse de la promo imposée, nous filons visionner son oeuvre. Là, on apprend avec amusement que l’aquarium garni d’orange est un must de mauvais goût et qu’il est plus facile d’être homo aujourd’hui que fille de la campagne.


Le lendemain, nous répondons brièvement à l’invitation de L’Ambassade pour son inauguration. Le petit club blindé voit un Christian se déhanchant férocement sur le bar pendant que la dee-jaytte Luna bastonne les cloisons d’une hardhouse limite euro-tech. Les convives sentent la carte Visa Premier à pleines narines mais se mouvent avec bonheur et sourires. Bon début. samedi, nous visitons les pentes douces avec un premier arrêt au débat organisé par la librairie État d’Esprit sur le thème : « La littérature gay ? Un ghetto, un leurre ou une nécessité ». Trois écrivains se confrontent à un public très gay-propret dans un dialogue cru sur le cul. L’éditeur-écrivain, Guillaume Dustan provoque l’assistance à en faire fuir une dame outrée. Moments intéressants sur l’incompréhension inter-pédés. Nous finissons la nuit à hurler comme des folles le tubesque Sing it Back de Moloko (Boris D. mix) et visitons tour à tour le dépoilant Brick System, l’infiniment sensible Village-Club et terminons à la Divine Comédie, disco grandiose et physiquement décadente.

Spotlights. Funny times. Jeudi, s’il fait beau, un petit apéro à L’escalier (rue de la Platière) ou au Funambule (29, rue de l’Arbre-Sec) pourra vous mettre en jambe pour le week-end. Plus tard, Ludo, Max et Ptie font sauter la drum’n bass au Kamin Club (15, rue Royale). Vendredi, les Pat Delefunk psychédélisent le Ninkasi avec leur groove hip hop. Pendant que la Lady Panoplie crêpe le chignon du Baramix puis de La Marquise avec Miss Kittin et Lyn C, le Kafé Myzik dépoile Tibo, Polo, Nokman et les freshmen pour une Soirée Mix. La chaleur tropicale irradiera le Rail Théâtre avec Mystic Revelation of Rastafari et le Ballet Sandaga (ré-actline : 06 61 88 68 00) tout comme L’Embarcadère au Vip People avec dj Krisfader, Hervé et Izo (quai Rambaud – 06 13 38 51 05). Le Monde à L’envers reçoit le Headach Tour avec Dima, Marc Ayats et Gaston. Samedi, au Fish, Fiat de Luxe avec Super funk et Sexy cool live. La trilogie du Samedi soir (Rico, Love et Dimmattéo) housize le KKo alors que Manoloco s’occupe chaleureusement du Baramix. avant de rejoindre, dimanche, Sven Love au Factory du Stardust. Au Village-Club, la merveilleuse Roussia revient dans notre capitale avec une house fraîche et délicieuse (ré-actline : 04 72 07 72 62).

Votre journal est un torchon. Suite à une énième discussion houleuse avec la direction du Fish, condamnant la ligne éditoriale « méchante et merdique » de cette rubrique, nous éviterons dorénavant de faire des après-coups sur les soirées du club tout en continuant à vous informer sur la programmation du bateau. De plus, Julie de Ma Vie est un nightclub (Decade – Fish) dément formellement les propos tenus dans ces colonnes la semaine dernière. Excuses lui sont faites.

0 comments on “Latex dans les étoilesAdd yours →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*