Rien contre toi, tout contre moi

« Il a joué avec moi une semaine et s’est juste fait du bien. Et il disparaît », se fixe en sex-victim J.-L., vendredi soir à La Ruche (rue Gentil). J’essaie de le convaincre que la jouissance instantanée était bonne pour chacun d’eux. Pas moyen. La rupture semble trop fraîche pour un entendement minimum. Il se colle à moi et nous poursuivons la huitième muse au Village-Club en roupillage.


Le lendemain, après avoir loupé la crémaillère du 2P + C la semaine précédente, nous visitons ce nouveau Navire Night (3, rue Terme). Le concept ne date pas de demain : feu L’Appartement dans le quartier de Beaubourg à Paris avait essuyé les plâtres en configurant un lieu avec cuisine, salle de jeux, salle à manger où chacun laissait un de ses vieux magazines traîner sur la table du salon. Dans le 2P + C lyonnais, calés sur le lit de la chambre à l’étage, deux jeunes étudiants essaient d’attirer sous le polochon leurs accompagnatrices pendant qu’en cuisine, des routards nocturnes se moulent dans le nouveau four à liqueurs. Au rez-de-chaussée, le salon, attenant à la salle de bain, groove sur une R’n’B soft. Au bas de porte, on se dit que le lieu peut être voué à une très bonne réputation, folie et mixité en sus (trop d’étudiants à ce jour). Mixité que l’on retrouve à L’Ambassade en pleine poussée de chaleur. Manoo plante une house entêtante dans notre moelle et le club explose. Tania me taxe de corrompu à la vue d’un verre offert par la direction. Je lui réponds : « C’est juste une politesse. Enfin, je pense. » En « corrompu », le lieu paraît sur le bon chemin d’une hype retrouvée et ghettoïsant la crème des kids clubbers de bon goût : « Je rentre de Paris. J’ai trouvé un très joli bracelet chez Colette«  (le must du branchouille parisien qui ne sert à rien, NDLR). Nous retrouvons la plupart de ces ambassadeurs, quelques heures plus tard, à s’engouffrer dans la Divine Comédie où un jeune homme se laisse caresser le bas ventre sous condition : « Désolé mais je suis hétéro… mais je n’ai rien contre toi. » Il restait tout contre moi.

Spotlights. Qui traîne les nuits, récolte la fièvre. Mercredi, Keep on Mining Skateboard party à La Marquise avec Spider et Philgood. En Presqu’île, dj Jaime spinne la salsa au KKo. Jeudi, le All Sport Café fête son anniversaire avec Némo, Alex Air, Tibo et plus. Retour à La Marquise avec la deuxième session de What is Love avec Pauljean et Rocco en house shakers. Vendredi, Alvax, Maximum Overdrive et Unknow jouent House’o’matic au Cindre Home de Saint-Cyr-au-Mont-d’Or (ré-actline : 04 78 47 25 17). Alex K, Miss Sandy et Axel crashent la techno au Richard III de Villeurbanne (06 68 17 88 44). Killa Sound System au House of music avec Yann Pyer, Seone, bamboo and more. Samedi, le dépaysement est de rigueur au Dékapé Atelier Studio pour la Journée Cool and Zygomatic Beuf techno Instrumental avec tout plein de vaches et musiques (ré-actline : 03 85 35 24 77). L’Ambassade fait péter les Dollar avec D-troy, Esteban et percus.

La sève du rêve drum’n’bass. La success story continue au Pez Ner. Après un Alex Reece violeur de rythmes, Adam F, J-Majik feat. MCMC et le Natty Bass Sound Sys. junglizent le centre lors de la Metalheadz Flavaz. Le 1er mai et le plan certain du week-end.

0 comments on “Rien contre toi, tout contre moiAdd yours →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*