On s’est aimé tellement fort, que mes draps s’en souviennent

Des sourires pleins la bouche, une légèreté frôlant un infantilisme stupide mais si agréable, un esprit de famille improvisé et logiquement inconcevable tant ses membres dépareillent, une bonne tête piquée dans les friandises liquides du bar et voilà le décor planté de L’Escalier, ce jeudi. Après Sheila, le disco-funk version Gilles s’invite rue de la Platière.


Nous débutons sur le coin terrasse en plein mime de nos stars des années 80. Vic, pioche dans cette encyclopédie de variétés, le Il était une fois et pousse un « On s’est aimé tellement fort, que nos draps s’en souviennent … Tu te rends compte du contenu poétique de cette chanson ? ». Baïr se place en studio Sacrée Soirée et nous présente une copie peu conforme d’une Elsa puis de la fabuleuse gloire warhollienne de Corinne Charby : « Je suis comme une boule de flipper, qui roule. » Le foutoir atteint son apothéose lorsque les gyrophares des remorque-PV et voitures de police s’activent sur le trottoir d’en face. Je ne décolle pas d’un Simon, siamois-jumeaux de Timothy, tout en dénoyautant cerises et âmes sensibles. À minuit cloquant, Gilles souffle ses bougies d’anniversaire sous une hola chaleureuse. Dans un même élan, les ballons éclatent et les tables se dressent de nos corps excités et se lovant sur l’éternel I.O.U de Freeze. En milieu de nuit, nous trébuchons heureux et repus par cette nuit étoilée.

Park Fair. Mercredi, on ne saurait assez conseiller un long standing-boisson au VertuBleu pour un adorable Michel. Le Fish propose Agoria, Marc Twins lors du Festival. Jeudi, Jack de Marseille, Max Le Sale Gosse et Fabio font tanguer le Bateau Blanc entre une teck-house et groovy sounds (ré-actline : 06 03 95 25 15). Vendredi, Mademoiselle J. et Jean-Albert dirigent, en couple de nightclubbers diplomatique, Les soirées de L’Ambassadeur sont toujours réussies à L’Ambassade (très jolie tablette de chocolat-flyer. Le chocolat n’était pas du Richard. Ah, ça non) Délurément fréquentable. Samedi, Le Monde à L’envers fait place au Cute Groove Résidence avec No, Jack F, Tamack et Goston alors que son collègue, le Kamin Club, invite Cid’J, Skall et Cesco. Dj Manoo rameute les house puristes au Cosmopolitan pendant que la Kitchy Groove Party prend l’air au 36 72 code 26 06 999 avec Chaotik Ramses, Kiko, Alex K et plus. Dimanche, Le Factory fête ses 10 ans au Stardust et l’on aurait rêvé plus tapageur et très haut de gamme que les non moins respectables Sophie, D-Troy, Love et MC Unik.

High Mark Quizz. Pour quelle raison, vendredi, Mei Tei Sho fait tourner son afro-jazz jungle en live renforcé par Christine Indigo et Pat Heart en soul family sound ? Pourquoi, samedi, autant de Shettaan’s Collective (London), Nle et Kaiser Sauze trimballent des fly-case acidulés de perles house et disco-funk alors que peu après, Le Peuple de l’herbe (Stani & Pee) se surexpose en concert poussé par un junglizer de Nokman. Quelle idée de planter, pendant tout un week-end, une grande tente berbère sur un bitume sévère où l’on pourra s’avachir sur de gros poufs en se berçant d’easy Listening et jazz balancés par Philgood et June ? (1).

0 comments on “On s’est aimé tellement fort, que mes draps s’en souviennentAdd yours →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*