Radio Corbeau bronzé

« T’es noire ! Tu as fait quoi ? » Pas une terrasse de Lyon où la susdite formule de rentrée ne nous plonge dans la contemplation d’une peau plus grillée que la sienne (« Connasse ! T’as la peau mate et en plus tu plonges dans un bac d’huile de monoï avant de t’endormir sur le grill béton de La Grande-Motte », s’entêtent certaines) ou dans le circuit saharien guère passionnant d’un urbain boutonneux.


D’autres jouent les informateurs de nos prochaines nuits tels des papillons ayant trop pris la lumière et à l’affût de nouveaux lieux obscurs et festifs. Mauvaise nouvelle, La Divine Comédie s’est vu fermer sa backroom par les services de sécurité préfectoraux et tous ses fans courent dans le noir de la basilique pour faire brûler des cierges en priant pour un retour à la normale. Comme si cela ne suffisait pas, le Brick System (sex-club gay) reste toujours rideau fermé depuis juillet suite à des normes de sexualité pardon de sécurité, non conformes. On finit par croire que cette vieille cancéreuse, madame Morale, revient dans nos cercles « démocrates ». Du côté des plus sages, il y a de la tambouille du côté du Fish. Dès juillet, la rumeur faisait dire : « Un des associés du 115 rachète La Station avec le groupe Chabert (Oxxo, Fish). » Manoeuvre apparemment conclue. En août, un nouveau bruit de bétonneuse fait le tour de la ville mais du côté du quai Saint-Vincent : « Chabert a racheté la vieille station-service sur le quai et va y construire un Fish sur terre. » On recoupe ce même ragot avec les dires du bon tuyauteur : « Ils vont s’installer là-bas avec la même cible (les boutiquiers, NDLR) et recentrer ce qui reste encore le Fish sur les étudiants. » Délire collectif ? À voir. Du côté de feu B’52 et feu follet Guest, le Stardust devrait tenter de larguer les étudiants pour essayer de capter les kid-clubbers avec The Fridge. L’ouverture semble imminente et espérons que l’axe house-techno dessiné ne finisse pas en gaufrage malheureux et suspect comme cela fut le cas pour le Guest (fermé après un mois d’exploitation). Restent toutes nos discos habituelles (La Marquise, L’Ambassade, Le Monde à L’envers, Le Space) et les bars courageux (Escalier, Funambule, Kafé Myzik, VertuBleu) sur qui nous comptons pour nous amuser (voire me donner matières heureuses pour cette rubrique.)

On sort ses cahiers et on note. Jeudi, la Disco Fever prend La Cour (4, rue Mulet) et les zolies filles montreront leur teint halé en robe blanche : « C’est plus flashy avec la lumière noire et ça fait ressortir la couleur de tes yeux sûr. » Vendredi, après un apéro au très fréquentable Funambule (29, rue de l’Arbre-Sec), une visite au Village-Club (6, rue Violi) se fera avant minuit : Caroline « c’est la ouate » Loeb y chantera ses plus gros succès. Ce n’est pas très compliqué, elle n’a fait qu’un tube mais quel tube. En espérant voir mieux, c’est-à-dire la reine Corinne Charby, le déplacement vaut son sac de Coton-Tige et de bon esprit. Samedi, le Titan invente la King’s Party (le nom existe déjà à Paris mais ce n’est pas grave) et reçoit le brillant Charles Schillings. Du côté du Space, on joue à la Fetish Party et le dress-code impose cuir & SM. À voir.

0 comments on “Radio Corbeau bronzéAdd yours →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*