Debby du Chili décidait que je serai l’homme de sa vie

Mercredi, Claire se remet de son voyage en Loire-Atlantique à la soirée Curtis Mayfield du Mushi-Mushi (8, rue des Augustins, quartier Terreaux) : « Je suis déçue : Je n’ai pas eu le temps de démazouter un seul volatile. Je n’ai même pas vu la mer souillée », avoue, honteuse, la belle. Franck se perd dans la bière et quelques anti-dépresseurs attristants.


Nous l’emportons au VertuBleu où Mireille, en guise d’étrennes, nous offre une entrée de foie gras frais et goûteux. Je persiste à vouloir me faire ravir par un chevalier masqué qui « m’enfermerait dans une ferme en pleine montagne où je ne verrais le jour ». Au vendredi, la grippe planante nous éjecte trop tôt d’un Village-Club paré de son nouveau jeu de lumières fleuri. Le lendemain nous imagine au Luna-Park à tournoyer sous les lampions et se coller des barbes à papa plein la bouche. Hélas, nous dînons tardivement et Claire se lance dans l’imaginaire : « Je verrais bien ma chambre à coucher perchée dans un phare. Fracassé par les vagues, la lentille-guide tournante une merveille. » Julien fait vibrer le portable : « Je suis allé au Queen hier soir pour danser Derrick Carter. Pour raison familiale, il s’est fait remplacer par Luke Salomon. C’était moyen et le calvaire pour moi : une drag-queen, Debby du Chili n’a pas arrêté de me coller. J’étais l’homme de sa vie : ‘Toi, beau. Moi, envie de toi’ me disait la belle en robe fushia à grandes plumes. Je n’ai même pas eu une demi-érection. Êtes-vous fier de ma fidélité ? », me soufflait Le Bimb. Nous reportons notre sortie chez les forains et convenons d’une BBM chez àKGB le dimanche soir. Chez les Russes, l’ambiance est maussade et ce n’est ni les délicieuses vodkas au miel et au melon, ni les gogo-boys en kilt (« Ce serait tellement plus sexy si leur kilt était plus long. Je trouve que moins on en montre, plus cela peut être excitant », résume ma compagne) qui retiendront la nuit.

The last dance. Mercredi, les Natty Bass Sound Sys. prennent les platines du Monde à L’Envers pour un set jungle. Jeudi, « Ne vous affligez pas de n’être connu de personne, mais travaillez à vous rendre digne d’être connu », lit-on sur le flyer du First Club qui joue l’exotisme d’une nuit Ritmo Latino. Forcément drôle. Vendredi, Nokman partage sa jumpin’ jungle à l’Amboise Café puis à La Marquise avec sa Dolby System, péniche qui se fera frotter par les jeux de mains hip-hop des britons Scratch Perverts. Samedi, L’Élément (20, rue Saint-Georges) lance Infinity avec Asura, Thy-Lan et Bio dans un esprit trance-psyché. Au Space, c’est Fabulous Unik Fashion avec les résidents JPS et Julien Jacquemin. EPO1 booste Le Kamin Club pendant qu’à la MJC d’Oullins Kargol’s se révolte sur du ska-reggae NRV. Pour les trainspotters voyageurs, King’s à L’Élysée Montmartre (Paris) avec rien de moins que Daft Punk, Cassius, Laurent Garnier et Freddy. Dimanche, White Factory au Fridge avec dj Némo dans un décor monochrome : blanc, évidemment blanc. Mardi, c’est l’Effet Vapeur qui bidouille sax, clarinette, sampler et objets divers au Kafé Myzik.

Safari of Sound. Huit lieux (République, Cosmopolitan, Road 66, Waff, Indian Café, le Monde à L’Envers et Café Prosper) s’aventurent dans les mixes bigarrés d’une armée de 25 djs. La nuit itinérante s’achève dans un lieu magique : une after au Mc Donald de Gerland. À voir, juste pour rire.

0 comments on “Debby du Chili décidait que je serai l’homme de sa vieAdd yours →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*