Tu me dis « je t’aime » uniquement lorsque tu es ivre

Claire me rappelle en goûtant son potage que ce n’est pas sa chambre qu’elle souhaiterait avoir en haut d’un phare mais une salle de bains. « J’espère un erratum de votre part », insiste-t-elle en me montrant son nouveau vernis à ongle raté. mardi, ma RPD (relation par défaut) se porte mieux et je la quitte pour Alice au VertuBleu. Nous pestons contre cet amour qui ne vient pas pendant que Mireille s’emporte sur l’adoption impossible d’un enfant par un couple gay.


Nous persistons à la non-intervention dans ce débat stérile et mettons les pendules à l’heure du sommeil au Funambule. Mercredi, petit saut chez La Marquise où Dj Vadim joue des rythmes et sonorités à en faire baver un Fraggle : « C’est de la balle ! ». Pour fermer les yeux, enfoncé sous la couette, je continue la délectation d’un Journey By Dj de Coldcut qui doit certainement faire vomir de honte plus d’un apprenti dj branchouille. Le Bimb m’invite à dégénérer sur Paris et nous nous retrouvons dans le gay-Marais à danser au Mixer-Bar sur un set housy de Chloé. Plus tard, nous finissons au Gibus, antre de la mixité chaleureuse et de la hype « streetwear-petite frappette colletée d’une chaîne en or ». La tech-house est ennuyeuse mais l’esprit festif est enfin là. Bon esprit que l’on retrouve à la soirée House of Légends, le lendemain, à l’Enfer : grande foire de kid-clubbers extasiés aux coups vigoureux et délicats d’un Dan Ghenacia méga-star parisienne consacrée (le dj est booké partout et c’est mérité). Du pédé caillera multiplatiné de tablettes abdominales au post-pubère en overdose de sourires illicites; du chiffonnier en Cerruti à une cour de poupées suintantes d’un carré VIP. Paris flambe à nouveau. Plus tôt, nos visites chez le puant Le Shop (boutique Streetwear où l’on fait cracher sa carte bleue pour avoir l’air d’être cool, rebelle et pauvre) puis chez Colette et L’Éclaireur (boutiques branchées certifiées : « De toutes façons, même si les clients n’ont pas de goût, Colette en a pour eux », constate le Bimb en admiration devant une paire de Puma à plusieurs dizaines de francs) confirme l’impression : Paris claque et prend goût à se mélanger et s’amuser. Les oreilles me sifflent que Lyon attend toujours ou se plante en parquant ses nouveaux riches dans l’aseptisé d’un autre temps. J’enlace Julien et lui murmure une insanité : « Je t’aime ». Il fredonne le You only tell me you love me when you’re drunk des patins indémodables Pet Shop Boys. Au petit matin, je pique du nez sur les pages Rebonds de LibérationMichel Polac écrit : « En réalité, je ne me prends pas au sérieux, parce que, malgré tous mes efforts, je n’ai pas réussi à prendre la vie au sérieux, il y a trop d’illusions dans la réalité. Seule la souffrance physique n’est pas un mirage. » Je me rendors aussitôt.

So much time, so little to do. On attaque directement sur vendredi où la nouvelle vague de la house française déboule sur la Marquise : 20 000 ST Party avec Demon et Samana Wök. Filtres, boule à galettes discoïdes, il ne manquera plus que vos perruques 70’s. Au Fish, Patrice réveille le gros bateau avec une Oldies But Goodies tout droit sortie d’un mythique Paradise Garage ou autre Studio 54. Manoo est aux platines et la nuit est conseillable. La soirée originale de la semaine, c’est Babouche Party à L’Autidorium avec un café turc pour les fatigués et Fraggle, Dom, Twelve et K-reem pour les agités des hanches. Au Loft, on débute le week-end de la Saint-Valentin où ce sera la honte pour celui ou celle qui ne sera pas accompagné(e) par la langue de sa moitié adorée. En plus sérieux et rebelle, Watcha se la joue techno, jungle, trip-hop, métal-harcore (rien que ça ?) à la MJC d’Oullins. Samedi, ça tourne X-gay à la Wake Up ! du Fridge avec « 2 excellents djs » : Sophie et D-troy (c’est le flyer qui le dit). Mardi, Go to Moby au Ninkasi où l’on espère que la prestation de cet extraterrestre dépassera la qualité moyenne de ses derniers crimes sur CD (comment un si beau raisonneur peut-il avoir tant de mal à nous donner un chef-d’oeuvre ?).

0 comments on “Tu me dis « je t’aime » uniquement lorsque tu es ivreAdd yours →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*