L’à part te manque

Semaine de dîners en appartement où l’on déguste, mercredi, chez Alice des sushis bancals assaisonnés d’une petite fontaine de saké. À 3h, Géraldine déambule dans une scène de fashion victim alcoolique : « Oh ! Tu as une écharpe Dries Van Noten ! Mon manteau est de la même marque. Je l’ai acheté en solde 2 950 francs. Pas mal, non ? »

Le lendemain, nous prenons l’apéritif dans des gobelets en plastique lors du vernissage de l’exposition Tibet au CHRD (avenue Berthelot, quartier Jean-Macé). Claire feint d’ignorer Ours Fort qui semble ne plus lâcher d’un tailleur une élue locale. Nous parcourons l’expo embourbés dans une foule de badauds à regarder des clichés jonglant entre pleine page voyage du National Geographic et photo reportage au Tibet réprimé. Christophe B. et Primabella nous invitent à passer déguster leurs délicieuses pizzas maison et nous dissertons sur le prétendu triste destin des gays. « Aujourd’hui, ils ne font qu’ouvrir des bordels et ce qui s’y passe à l’intérieur n’est pas forcément réjouissant. On a l’impression qu’ils ont oublié que beaucoup de mecs sont morts du sida, il y a peu », s’émeut Christophe. Sur le chemin du sommeil, Claire reconnaît l’allure « sexy » de l’adorable : « Pourquoi sont-ils, pour beaucoup, gays ? Cela en devient agaçant ». vendredi, nous oublions involontairement la Fireball du Bateau blanc et je m’endors sur l’acidité du That’s the Way love is de Ten City. samedi nous emmène, après un repas pâtes-tarte aux pommes superbullé de champagne, au Funambule en pleine séance de revival 70’s puis au Village-Club. Claire joue avec Guillaume Tanhia au frottis oriental avant de se lancer dans des PMG à paille : « Guillaume en pince pour vous« , pense-t-elle alors que l’intéressé me souffle « Claire, je l’aime ». Trop tordus pour être dans le vrai, ces échanges nous font pousser la porte d’une Divine Comédie bon-enfant : « Bon, qui va se faire tirer ce matin ? », se vulgarise un jeune beauf. À l’aube, ma RPD (relation par défaut) s’éclipse par un bon baiser amical. La disco s’excite de mains baladeuses et petites gueulantes du surveillant dans les toilettes : « Hey ! Les chiottes ne sont pas faites pour baiser ! Il y a un baisodrome en bas pour ça ! », hurle le gars à un amoureux collant au Wonderbra de sa pucelle, tout apeuré par un éventuel assaut hostile sur sa belle. En salle, un bidasse en tenue d’attaque robotise : « Elles sont où les femmes ? Elles sont où les femmes ? »

E-mobiles ? Mercredi, Howie B, Jeremy Shaw, Mc Solo et Simon Richmond font plastiquent la Marquise au trip-hop et électro-bidouillages. Le plan inouï de la semaine. Ceux qui ne supporteront pas de se battre à coups de doudounes à l’entrée de la disco iront goûter la salsa à L’Élément (20, rue Saint-Georges) pour un apéro-mix exotique. Jeudi, Le Monde à l’Envers laisse Freddy J et Krispaglia tester la résistance de ses enceintes à l’hard-techno. Au nouveau Le Studio (12, quai Saint-Vincent), Attractive 2 est dirigeé par Tom, Jack F. et dj No. Vendredi, relâchement. Samedi, IMK part dans la nature avec Kiko, Max le Sale Gosse, Igor et plus au 36 72 *1/016938. À l’Element, dj Dam révèle sa Définition Of House pendant qu’au Titan, Gaia sort l’Over Kitsch parisienne acoquinée de Lio. Mercredi 8, Philippe Moncorge et ses amis se lancent dans une intervention plastique sur le thème « Les droits de la terre et la danse des moulins à café ». On court chez Ramdam au 04 78 59 62 62 pour plus d’infos.

Boule de feu 2. La soirée n’est prévue que pour le vendredi 17 mars mais notez que le choc du printemps arrive au Bateau blanc lors de la Fireball deuxième acte : Adam F, J. Majic et Mc Mc tenteront de réitérer leurs coups de masse réalisés au Pez Ner l’an dernier (la plus mémorable et magnifique nuit de l’année). À bloquer sur les agendas.

0 comments on “L’à part te manqueAdd yours →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*