Mine de rien : « tu » est « vous »

«  »Tu sais la house, c’était il y a deux ans », prétend Julien à La Marquise, jeudi. Mark E. Quark fait tourner une house organique intelligente sur un dancefloor étrange : étudiants à pas chassés d’automates, danseurs du dimanche possédés par un rythme en désaccord et quelques anges qui passent. « Vous n’avez que vu sa coupe de cheveux permanentés seventies alors que le jeune homme est carrément beau », lance Claire coincée entre deux manouches attachés à leur caisse glacée de champagne.


Nous enchaînons PMG (gin tonic sucré) sur PMG tout en matant un séduisant modèle échappé d’un Easy Rider psychédélique. vendredi, ma princesse consort récupère deux sachets de thé pour plonger dans son bain pendant que l’on file à Starting Up sur les docks de Vaise. Le maire, Gérard Collomb, veille, ni trop tard, ni de trop près, sur son terrain sportif couvert et transformé en grand dôme de l’électro et de la subculture. Le gros navion en plastique transparent soulevant une lourde chaise du Gentil Garçon accueille une foule de Croix-Roussiens et ravers surpris par une si agréable initiative. La soirée ne décolle que légèrement lorsqu’In Extremis balance de l’acidité dans l’aire de jeu. Auparavant, ni Love ni le brillant Pascal Pioux, encore moins Tom, n’arrivent à donner de l’élan à ce public si sage. Nous parcourons le terrain en déconnant avec François : « Ils auraient dû mettre à disposition des petits vélos pour que l’on puisse emprunter la piste circulaire. Ç’aurait été drôle », s’amuse le Kanardo Producteur. Voilà ce qui manquait : l’amusement. Mais « Lyon s’est tellement endormi sur le sujet des raves que le réveil se fait plus que doucement », constate, lucide, un Barthez en treillis. L’arrivée tardive de Philippe M. relance mon excitation et nous échangeons sur le jeu du vouvoiement : « Lorsque tu me dis vous, il faut comprendre tu ? », me questionne le dépositaire de la déclaration des droits de la Terre (« L’article premier, c’est la terre s’appartient« ). Nous tournons le « tu » autour du « vous » puis quittons d’une nuit plus que réussie, à l’amusement près. Courage, la prochaine sera plus belle.

Grand Mar-à-sons. Un panier garni de Guronsan sera nécessaire pour supporter avec énergie, mercredi, dj Food et Kid Koala du Ninja Tunes à la Marquise puis Day One au Ninkasi le lendemain, jeudi. On fait une sieste en fin d’après-midi le vendredi avant de rejoindre Mr Oizo project au Titan avec Dj Feadz de chez F. Com et All’N. Samedi, la Marquise remet la pression avec le très couru Romanthony. Enfin, dimanche, le Factory reçoit Daniel du Mad-Lausanne au Fridge. Que du bon que l’on voudrait voir toutes les semaines.

On continue ? Mercredi, Bebe d’Oc raconte « des mythes, des fantasmes et des réalités que l’on doit entendre » au Vertubleu dès 19h avec Lionel Jamon. Au Plastic People, The Tribal Bug Experience mélange sons et images avec Tik-Tak, K-Reem, Maths et Urban Circus. Jeudi, La Cour prétend lancer « la nuit la plus « beautiful people » » » avec Safe House et Akos et All’N en djs. Prétentieux, va ! Au Monde à l’envers, la résidence Orbital Space est tenue par les doigtés de D’jamency, Syspéo, Jack F et S-Blow. Vendredi, Planète Vibration, sur une initiative de Legosound, part dans l’inconnu avec Bobby, Le furax, Axel et plus au 36 72 * 21 04 2000. Samedi, Fusion 2000 réunit Nikho, Freeze, Max Le Sale Gosse, Igor autour du dancefloor du Tunnel alors que le Fridge annonce une Disco House Party où l’on devrait danser le pire de la période disco.

Nuitée à venir. Mercredi 26 avril, le Fridge sort ses incisives avec La Rage de Lyon et parmi les djs avancés le très prometteur Dijonnais Dima ainsi qu’Éric Borgo. La suite, la semaine prochaine.

0 comments on “Mine de rien : « tu » est « vous »Add yours →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*