Molle mais pas trop

Le temps de se poser à l’Escalier, mercredi, et Françoise accompagné du beau et très plaisant Pierre rentre de chez Maréchal chargée du dîner du soir (yaourts, glace crémeuse). « Il y avait en rayon un jeune homme superbe. Demain, nous y retournons à 19h30 précises », s’emballent les coeurs du couple au régime. Nous nous faisons sortir par un Gilles de plus en plus en avance sur l’heure de fermeture et changeons de verres au café de la Mairie sur la place Sathonay.


Je serre dans ma main le présent de Claire (« Ce sont des petites poupées du Guatémala. Il y en a une pour chaque nuit. Chaque soir, vous devrez leur raconter vos problèmes puis les poser, une par nuit, sous votre oreiller avant de dormir. Vous verrez, ensuite tout ira mieux. ») pendant que Françoise expose sa pratique de la glace fondue : « Je la préfère molle mais pas trop. » Après un tour de terrasse rapide, tous s’accordent pour ne voir rien de « très comestible » parmi les jeunes rebelles attablés. Un Christophe asexué fête son anniversaire encerclé de jeunes filles très mâles et attire notre attention de chasseurs rieurs. Je lui offre un « Taillefine » dédicacé alors que Pierre et Frédéric nous incitent à dévorer les six volumes des Chroniques de San Fransisco par Armistead Maupin (« C’est l’histoire d’un homme qui veut devenir une femme, qui, une fois transformé, couche avec sa fille » à moins que ce ne soit l’inverse ou le contraire). Les tables se vident, la glace fond et Françoise prend souci de son dessert : « Je vais finir par me faire un bain de siège avec ce pot liquide. » Nous finissons entourés de chaises empilées et imaginons nos déguisements pour la Grande nuit de la montagne à l’Auditorium, le 26 mai prochain. Françoise s’offusquant de nous voir balader un mouton vivant en laisse, nous décidons que ce sera finalement le travestissement en ovins bouclés pour tous. Grande nuit assurée.

Les pieds dehors. Mercredi, priez que le soleil soit là et partez faire les terrasses que vous aimez. Au choix, un avant 18h à la terrasse du palais Saint-Pierre pour sa quiétude (et non pour le service réduit à son minimum impoli), un carré de trottoir paisible au Mushi-Mushi, l’ombrage du café de la Mairie, la gentillesse et les bonnes bulles servies au café Jules (rue Neuve) ou au Guilain (rue des Quatre-Chapeaux).

Court-circuit. Toujours en plein air, jeudi, Le Fish repeint sa terrasse d’un blanc virginal pour ses apéros flottants buvables mais pas drôles. Vendredi, Rebirth donne sa Rencontre Trance-Psyché au Monde à l’Envers avec Blue Planet Corp., Tallced, Gill et Tajmahal. Samedi, la Marquise tangue sur la samba lors de la Bongo Party avec David Buttle, Gavin Smith et Gabriela Geluda aux vocalises. À Saint-Étienne, le festival Chez la Watt mélange l’Orchestre du Buisson, metteur en jambe « champêtre » de la soirée, Kost et son disco, Pat Delefunk, Sister Tchulette pour un ska amusant et Dub Incorporation. Le tout se déroulera au Hall C et la ré-actline se pianote en 04 77 47 11 64. Dimanche, Le Fridge sort Kitch 2000 avec tous les tubes que vous avez détestés mais aimerez après quelques coups dans le gosier.

Terrain de détente. Le XXIst Century Music Live Sessions débute sa semaine active à La Marquise dès mardi avec le Septeto Nacional de Cuba et Spider pour une nuit chaloupée et ensoleillée de salsa. Mercredi, ce seront Frédéric Galliano, Nahawa Dumbia et Philgood qui se frotteront aux rives bouillonnantes de l’Afrique. Mélange d’une voix sucrée à la canne, de house organique et de rythmes noirs. Vital de la semaine.

0 comments on “Molle mais pas tropAdd yours →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*