Le placard à bal de l’Auditorium

« Laissez tomber le mouton. Et puis où allez-vous le trouver ? », me téléphone Claire en milieu de semaine. Oubliée la promesse faite à Françoise du déguisement pour aller guincher à l’Auditorium, vendredi. Avant la transhumance, au VertuBleu, Mireille me délaisse pour un Gilles, trop beau pour être vrai, et gère son nouveau plan de table pour clients coléreux et passionnés : « Lui ne supporte plus celui-là. Elle se battrait avec Lui. De vrais gosses ».


À peine le temps de savoir qui est Mary Poppers (à ne pas confondre avec la Sainte Poppins), Anne-Lise, Primabella et Christophe B. nous font une place sur leur tracteur pour une virée champêtre vers la Nuit de La Montagne. Une Françoise soucieuse nous laisse patauger dans la paille de la Vip Étables en compagnie de Pierre Le Magnifique en kilt aéré et aux « chaussettes beaucoup trop courtes » selon les Demoiselles. La randonnée débute en dansant la bourrée à faire rougir de sensations Anne-Lise qui s’exclame d’un « boudiou » essouflée. Malgré notre entrain à fouler la pelouse de sauts de biches inspirés, le folklore se goûte avec modération et s’écoute avec recueillement. Une rapide pause dans le placard aux trois balais-brosses de l’établissement engage les rires de Claire et Pierre pour la soirée : « T’imagines, c’est de l’exploitation ! Ils n’ont que trois balais ! Il n’y a qu’une personne chargée de nettoyer tout l’Auditorium ? ». Nous migrerons rapidement vers les toilettes-filles et notre long stationnement poussera une jeune Heidi à pisser debout dans celles des garçons, « de toute façon, il n’y a que deux mecs et ils se matent la queue », m’excusé-je à notre sortie. L’Edelweiss Party fait sa moisson d’élèctro et la jungle de Samy me colle aux oreilles comme un délicieux miel cuivré. Hélas, le son se fait trop dense et l’ambiance trop morne pour nous empêcher de retrouver le gazon et son bar à coupons idiots. Le trop plein d’airs nous tourne la tête et quittons fatigués une soirée à demi-réussie.

Big Time. Mercredi, veille de fête, Qunicore fête la sortie de son album electro-indus au Plastic People. Le Loft s’aventure dans une Nuit Espagnole avec tapas et cadeaux à gogos pendant que le Fish suinte d’une Disco Party hawaïenne (!?). Le 2P + C joue sa Oldies But Goodies avec Manoo (pour house lovers) et le Pez Ner invite Dub Incorporation, Killa Sound System, les haricots noirs, dj Didydee et plus à la soirée Meltin’Pot Dancehall (pour les reggaemen). La Marquise se la roule cool avec le hip hop instrumental de La Cedille. Enfin, L’Infinity baladeuse s’installe au Tunnel avec Anna Franil, Bio, Nimo et Max LSG. Jeudi, Panet Works réside au Monde à L’Envers avec Larsen, Ulrich, EPO et Ludo. Enfin, pour se montrer, La Nuit des Ambassadeurs suivra l’apéro en terrasse du Fish. Vendredi, le House Café (3, rue Désirée, quartier Opéra) joue techno avec Lem, ruds, Terry Lee et Rico tout comme Le Studio (12, quai Saint-Vincent) où Laurent Hô, Gaston, Anton’X et Tnicks animent Hô. What a Ravy Nigth. Samedi, Wake Up ! attire les gays beautiful people au Fridge avec Esteban et D-troy aux platines alors qu’une Bomb Inside drum’n bass envahit le Pez Ner avec les shakers Willyman, Cyb, Kenny Ken et Mc’s Locks.

What a sensation. À week-end prolongé, petits voyages organisés. le festival Atlantis à Lausanne, de mercredi à samedi, à de quoi donner envie de respirer l’air suisse qui n’est qu’à deux heures de route. Sur trois lieux (Le Mad, Metropole et Amnesia) défileront et vous useront en maîtres à danser, Masters At Work, Alex K, Paul Oakenfold, Luke Slater, Jack de Marseille, The hacker, Jeff Mills, José Padilla, Goldie, Minus 8, CLarky & Co et ça continue chez Voyages 4A pour infos et voyages au 04 72 07 45 45. Vital de la semaine.

0 comments on “Le placard à bal de l’AuditoriumAdd yours →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*