Love hurts and you feel it

Mercredi, allongé sur la haute pelouse en face du quai Augagneur, Le Bimb me réveille en plein set d’un dj Duke entouré de deux bimbos sorties d’un clip MTV. « C’est bien votre soirée ? », grisaille le portable. Indécis, j’admire la sélection mais ne comprends toujours pas le principe du mix short-cut (là où on laisse un morceau courir sur 30 secondes).


Je gagne la Buvette du Pont Wilson où les 3 mai et Da House Family Project nous improvisent une nuit à tomber à la renverse. Un jeune homme tombe d’accord et, droit comme un piquet, se fracasse la tête, au concret, sur le béton du quai. Plus de peur que de mal et plus de belles sensations que de tristes déambulations imposées. Marie m’imprime son ourson sur T-shirt dans cet édito et danse un Mariah Carrey, « just so sweet », pendant que Laurent, ivre-gai, fait le canard-tête-coupé devant la cabane à boire. Merveilleux. Samedi, Paris explose de 350 000 fêtards gays et gais pour une Pride impressionnante. Le Bimb veut absolument monter sur le char « Popingay » (homos fans de pop et rock indépendant) dansant sur Kim Wilde ou Cure alors que je lui préfère ce jeune homme avec un carton « Vive les branleurs » solitairement brandi sur le trottoir. Nous trinquons dans un Marais boursouflé de pintades et gym-pédés avant que dj Arnie nous invite à rejoindre Didier Lestrade à La Boule Noire (sous-sol de la Cigale) pour la première de K.A.B.P (Knowledge-Attitude-Beliefs-Party), histoire d’échapper au rouleau compresseur de Club Pride à L’Enfer. Douce nuit de garage soulful et autres bizarreries housy de Cyril K et Patrick Vidal où tous glissent à l’unisson sur un parquet sentant le talc blanc. Nous croisons quelques gentle-people (Ivan Smagghe et sa douce grimée en néo-punk, Éric Dahan sous ses lunettes fumées) slalomant sur un dancefloor clairsemé mais vif. Arnie fait la bise à Valérie B, prend deux fraises Tagada aux vestiaires et nous affrontons la lumière sur un trottoir agité. Plus de force pour suivre un cow-boy argenté à la Kwality du Batofar et le How’s Your Evening So Far de Josh Wink nous assomme sur un lit froissé.

Last trip before september return. Mercredi, nuit hiphop obligé, Krisfader, Evok et Zehyper scratchent au Buddy Burd (4, rue René-Leynaud) pendant que Lyonlanuit.com fait dans le baroque avec Welcome to Ibiza avec Rocco et Manoo pour des sets house-garage (sous le soleil du protectorat briton, ce serait plutôt de la trance débile et du UK garage modeste, enfin, Ibiza, ça fait vendeur). Vendredi, les freshmen (Lem, Terry Lee et Ruds) invitent Arkorn au HS Café (3, rue Désirée). Au Studio, on continuera en tech-house avec Xavier, P’tit Pier, Sage et No et Perception Act.1. Pour les house-groovers, ce sera Thank you my god, it’s Friday à L’Ambassade avec Manoo et Rocco. Pour la déconne, La Nuit du Bac va faire danser les djeunes avec Didier Sinclair au Titan. Samedi, Reggae inna Babylon au Squale (15, rue Puits-Gaillot) avec Bawajafar n’Free alors que Kost, Akos et Matt joueront R’n’B au Box Office.

Regardez le ciel, écoutez les nuages. Avis de recherche. Le ou les responsables de ces tags sur pavés nous aérant la tête depuis plusieurs semaines sont invitiés à nous contacter à Bapjac-a-free.fr. Vital de l’été sans demi-mesure.

Pouf, la Marquise n’est plus là. Mais à Jazz à Vienne. En voiture Simone pour Son del Gazo en shakers afro-cubains, vendredi. Une nuit Soul de dj Junior harponnera la péniche sur son quai d’Herbouville samedi et des En Vogue avec Spider et Philgood de dimanche à mardi.

0 comments on “Love hurts and you feel itAdd yours →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*