Borderline

Jeudi après-midi, triste nouvelle : nous apprenons qu’Ours Fort a commis une T.S. cérébrale, très petite politique. Bon et long repos à lui. En soirée, nous testons, en compagnie de François M., le 120 Rue de La Gare (18, rue Duviard, Plateau de la Croix-Rousse). Encadrée de banquettes austères et d’une déco sans aucun intérêt, Claire relate sa nuit précédente avec un certain Monsieur Schlum. B, « homophobe, homo refoulé », et le promu et maladroit Maihl-IT (prochainement sur l’écran de TLM) nous pousse à le conseiller dans l’approche gestuelle d’une femme courtisée.


« Le passage de la main au cou semble être une excellente première approche », tombons-nous d’accord avec Princess K. Vin passable et fondue médiocre, nous sautons vers la Marmite en Bois pour disserter fidelité au comptoir, avant de commettre un attentat à la lenteur Au Temps Perdu. Clignez des paupières. Vendredi, les Astronautes F.M.R s’enlisent aux Subsistances dans une première partie besogneuse et puérile, avant de se rythmer dans un maëlstrom bladerunnien bottant le corps humain hors de sa chair. Une fin de spectacle où la Mort se drape de blanc et incorpore notre matière trop gouvernée par l’esprit. Je suis Christelle jusqu’au VertuBleu pour accepter l’invitation faite par Mireille à la rejoindre à la nuit des avocats de La Cour. Après un souper léger et « en-pâté » dans le préfabriqué, toc design, de Lolo Quoi (40, rue Mercière, Cordeliers), nous poussons une demi-heure chez les encravatés du tribunal et finissons par se frotter les hanches sur Dj Karizma à L’Ambassade. Merveilleux instants où la Kanardo motha lâche : « Je vais finir par aimer la house et peut-être même, danser sur le podium ». Emergés dans un Lift Every Voice de Massorder, un vol hors du cocon rougeoyant nous amène à La Marquise pour Jori Hulkonen. Commerciaux endimanchés et gueules ramollies suivent de loin un courant de house, sophistiqué et pur, soufflé par le finlandais. Petits cafés et bouquet de roses matinaux pour cligner des paupières. Samedi, Z2 me rejoint au Vertu et, taxé d’être « borderline », se défend : « C’est carrément péjoratif comme qualificatif ». Danièle tente de lui expliquer qu’être « à la limite, sur le fil du rasoir » n’a rien de péjoratif, au contraire, le séducteur ne s’y fait pas. Pas plus que David, se prélassant dans un Mushi-Mushi prêt à tirer le rideau métallique. « Non, dire de quelqu’un qu’il est borderline n’est pas un compliment ». Tant pis. Malin, Kamel insiste pour un palmarès de fin d’année des meilleurs serveurs de la ville dans Nuits Mobiles, alors qu’une Odile nous snobe et assure que « la vie, c’est Baudelaire ». Après avoir léché la vitrine de La pêcherie, où quatre grandes fillettes ont dû lire méticuleusement la prose de leur Petit Paumé (posé sur la table) pour tirer sur leur paille dans ce triste bar, nous investissons l’United Café. Jacques Haffner colle David tout en me sortant son habituel « Tu es un sous-Dahan, un sous-Taddéï, et tu en es fier » à en agacer Z2. Après maints jetés de verres, de pailles, après des frottis multiples sur jeunes filles pulpeuses et un Olivier magnifique, nous clignons les paupières. Dimanche, alors que j’attends Lynx pour une nuit de pianiste, Z2 recale notre virée de la veille : « De la folie ! On a transformé cette boîte en véritable étable ! À la sortie, j’ai vomi Noël sur un sapin du marché. T’imagines, le gosse : Maman, y a un truc bizarre sur les aiguilles du sapin ». Lynx sonne minuit et nous nous frottons tendrement sur les 72 minutes du Forevernevermore de Moodyman. Fermez les paupières.

Prends-toi une bûche. Mercredi, ce sera « jungle is massive » : d’un côté le Bistroy avec Original Cyb, et de l’autre, le Monde A L’Envers, avec le Spinning Dragon des Peyo, Ranium et Nokman. Jeudi, le Mushi-Mushi (26, rue Hyppolite Flandrin, Terreaux) invite Pierro du Sofa Shop pour un son jazzy-soul. Vendredi, le Monde à l’Envers en remettra une couche lors de sa Tek-Control avec Tonio, P.Moore et Onark. Au Ninkasi Kao, Ben, Norman Beats, Volta et le Cyborg crew jumperont sur la Bomb Inside – Jungle & Drum’n Bass Session alors que le Space s’initiera au dancefloor enneigé (en synthétique). Samedi, Spider et mc Rucangola dégivreront la Winter Salsation de La Marquise pendant que les G-friends et sexy-gay toucheront le Père Noël lors d’un Wake Up ! Merry XXX-mas au Fridge. Art Fusion invitera John Thomas et Miloch au Tunnel pour une techno bastonneuse. Pour les fêtards faisant le voyage à Paname, The Sound du Rex Club recevra The Idjut Boys (ce n’est pas à Lyon que l’on verrait ça). Enfin, dimanche, démerdez-vous. Un tête à tête avec une bûche glacée ?

0 comments on “BorderlineAdd yours →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*