La nuque surlignée

Le Café Bellecour disserte autour du thème « la mode gay existe-t-elle ? » pour un nouveau rendez-vous des « cafés de la Mode » de Nadine Gelas. Occasion, ce mardi, de retrouver Claire, princesse absente de mes nuits depuis plusieurs semaines. La machine à découdre pique chiffons sur chiffons et se tord l’aiguille sur « Et la mode lesbienne ? Qu’en est-il ? » »


Nous décrochons de ce débat qui patine dans le vide et marquons un arrêt au Modern Bar (rue Thomassin, quartier République). Le comptoir se chauffe aux discussions pré-électorales où je cale mon premier bulletin pour… François Bayrou. « Vous allez faire croire que c’est du dernier chic que de voter centriste ? » se moque ma Princesse. Non, votez Bayrou, c’est voter mou, sans danger idéologique. Un choix propre et sans incidence. Le genre de vote que l’on ne risque pas de regretter (enfin, je n’en suis pas encore sûr). Nous prolongeons les échanges politisés Chez Carlo (rue des Quatre-Chapeaux, quartier Cordeliers), pizzeria de haute qualité avant de cligner des paupières. « Les chiottes sont propres + jupe en jeans + parfum + Petit T-Shirt » s’inscrit sur le portable, jeudi. Laconque invite Géant Benjamin pour un dîner en tête-à-tête pendant que Sébastien C. s’enfonce dans les profondeurs du cul, attablé au Café 203 : « C’est clair qu’à La Jungle tout n’est pas nickel. Les mecs baisent devant tout le monde sur les canapés du bas… » Rien de surprenant. Le bordel gay sent le sexe et se révèle excitant (et surtout pas « glauque » ») pour ça. Nous clignons des paupières au Funambule. Seek Julien se défend toujours de sa carrure massive par une pirouette : « Mon sport, c’est faire l’amour ». jeudi, Tombé du Ciel (rue du Port-du-Temple, quartier République) croule sous de gentle people pour son cinquième anniversaire. Chatte Rouge enrôle de beaux gaillards sous des tubes frenchies intemporels après une petite prise de température : « Ce soir, j’étais invitée à un Trivial Pursuit sexe mais j’ai décliné l’invitation. Je ne suis plus dans une phase de consommation sexuelle compulsive ». Plus avant : « Le film de Daniel Carlin (dans lequel Chatte Rouge est sujette à portrait sur sa sexualité « particulière » -ndrl) sort le 15 avril dans les salles ». Julien Micro P. décrit ses fantasmes sur affiche publicitaire devant Carla, le regard brillant et magnétique à rendre aveugle tous ceux qui l’approchent, et un Z2 comme absent, perturbé. Philippe Moncorgé me galoche menotté à une rose blanche givrée dans une feuille de plastique « glaciale » offerte par Marie-Charlotte. « Je crois que nous sommes amoureux » s’enivre le peintre. « Tu ne m’as pas demandé mon avis ? » rechigne d’un coup de tête cabotin Marie-Charlotte pour ajouter, en fin de parcours : « Allez, on rentre. Je dois te sucer ». Un frottis du bas-ventre sur Asstouch m’encourage à fermer L’ambassade, rayonnant de bulles blanches lumineuses projetées par une boule à facettes statique. Un clignement de paupières sur un « Stand By Me » à frissons repris par Nikko sur le Paris Dernière – Volume 2 (Disques Naïve). « Nous sommes les pédettes du bar » officialisent Anne-Lise (On Stage Production) et Laconque à l’apéritif-anniversaire de Christophe B.. vendredi, le Modern Bar se saoule de charcutaille et des élans « dalidesques » de René : « Pour ne pas vivre seule… ». Ta gueule en roulant les « r » ! Laconque s’autocongratule : « Je n’ai pas couché avec Géant Benjamin. Nous nous sommes juste embrassés. C’est romantique, non ? » Romantique tel le dîner chez Koutoubia de Guillaume attendri par Loïc ou de Sébastien C. drunky surpris par le franc-ressenti de Shéra, fabuleuse serveuse en quête permanente de l’amour accrocheur. Une danse sur le « Petit Bal Perdu » de Bourvil pour clore le Mushi-Mushi de Wonderful Kamel par çi, une eau de vie giffleuse au Mi Mots Arts où Jean-René du Comptoir Saint Hélène se déchaîne dans la fausse méchanceté, par là et nous chutons au Medley. Christophe B. et Primabella achèvent la nuit par frottements sexy éthyliques sur tout ce qui bouge lorsque je cligne des paupières. Même club, samedi, je balance deux anciens ASSA (Amant Sans Suite Amoureuse) sur le sexe de Yann pour m’enticher d’un Alexis distant et beau. Dans un dernier sursaut, l’homme m’accompagne pour un café en appartement. A la renverse, je suis de ma langue le chemin dessiné par ses cheveux sur une nuque qui s’abandonne. Un long moment tendre où nous fermons les paupières alors que Vanessa Daou susurre « I think Of You. I think of You, On sunday afternoon ».

Rendez-vous. Jeudi, Dj Seek flambera les platines de La Marquise pour l’hebdo Pack The Buzz avec tous ses amis. Vendredi, le Voxx-Mushi-Mushi‘s crew inaugurera le restaurant des Subsistances. On ne sait pas encore quel est le nom de ce nouveau repère ni si un pot est prévu. A voir. Samedi, Mo’Horizons fera valser La Marquise de musiques funky et soul.

0 comments on “La nuque surlignéeAdd yours →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*