Cette peau qui s’accroche au corps

« Quelle place donne la Gauche à la culture aujourd’hui ? » interroge un anonyme au débat organisé, mardi, au Ninkasi Kao avec le post-baba Cohn-Bendit et le socialiste rigide Candelis. La réponse se perd entre deux arguments pro-cohabitationnistes. Et pourtant la question valait son pesant de voix à cette époque où notre présumée « exception culturelle » a déjà foutu le camp depuis le début des 90.


Je me souviens du rêve Mitterrand-Lang de l’accès à la culture pour tous et des grands travaux (certes démesurés pour la période d’austérité économique de l’époque). Oui, un vrai rêve. Celui où chacun pouvait espérer accéder au savoir, à l’émerveillement, à l’échange avec les autres, à une forme d’intégration et mixité sociale. Que vaut la Culture d’aujourd’hui ? Un positionnement social indexé sur le fric. La culture est devenue branchée et se monnaye. Par abandon d’un service public culturel au profit d’une bonne tenue des comptes de la Nation et ses baisses d’impôts démagos, la culture se sous-traite auprès d’investisseurs privés. Pour se faire pardonner, les dirigeants de Gauche tendent, au pire, un « chèque culture » au moins bien lotis en fermant les yeux. Bah ! Malgré tout, n’oublions pas, dimanche, de voter. Pour ceux qui aiment Juppé, Sarkozy, Monsieur Supervoleur à 82% et le rondelet « d’en bas » Raffarin, réitérez la même connerie que le 21 avril. Clignez des paupières. « Je suis très assidu aux terrasses en ce moment » brille, d’un teint ensoleillé, Alain Turgeon à l’apéritif du Comptoir de La Bourse, mardi. Emma flirte avec la crise de nerf sous l’effet du sevrage tabagique et Z2 commente le transfert de Marc du Bar de La Tour Rose à troquet « tapis-rouge » de Fabien : « Dans moins de six moins, Marc est au nouveau bar de La Cour Des Loges. Ici, les gens s’en tapent d’avoir en face d’eux le meilleur barman de la ville ». Clignez des paupières. Les draps se plissent. Nos corps s’aimantent. Ali me marque le cou de ses lèvres desséchées par l’absence d’amour. Cet ASSA 31 (Amant Sans Suite Amoureuse, 31ème) attire mes mains sur sa peau juste lisse, comme il faut. La sensation, l’excitation que procurent le touché d’un amant me relie à l’infini avec le bien-être, la tranquilité. Cependant, une peau rugueuse, aux pores ouverts, coupe aussi bien la trique que l’envie de chair. Une peau sans accroc, où la moindre goutte de sueur file hors-corps comme sur un scaphandre, rebute. Ali revêt cette peau, un peu velcro, beaucoup comestible. Clignez des paupières. « Le 5 juin, sur le Pont Wilson, nous jetons des cailloux dans le Rhône pour fêter la Plouf Économie » se pend à mon cou Philippe Moncorgé à La Ruche, jeudi. Le peintre ne cesse de me remercier pour l’avoir entrejamber (et amouracher) de la tellement vavavoum Marie-Charlotte. Clignez des paupières. vendredi, le Cap Opéra cuve son apéro indispensable tandis que le Dark’s joue la surboum désertique malgrè son nouveau dj, plus qu’honorable et une backroom active. Au Funambule, Céline et Yvo se drunkisent en trender-tanks (l’une en pantalon froissé et le « popper’s addicted » crispé à ses lunettes Police). « J’aime la queue. Je ne viens que pour ça » me gifle Lucianos, grand grec bandant au Medley. Pour Line, ce sont des pirouettes d’aimabilités devant Patrick Juvet en guest-VIP du kitchclub. Sautillements de paupières sur le « Lean On Me » des Masters At Work. samedi, je prends quelques lignes d' » »Un Jeune Homme Chic » d’Alain Pacadis (prêt de la veille par Julien-Justin) avant de fermer les paupières, allongé dans la salle vidéo X où un jeune inconnu glisse sa main sous ma serviette et gemit en pratiquant un manu-frotti le long de ma queue.

Nu.Mo. (Courts-lettrages). Petit tour de manivelle sur ce qui arrive ici, partout et ailleurs. Du 7 juin au 29 juin, la Müller Factory déversera performances, chorégraphies et films en référence à l’écrivain Heiner Müller aux Subsistances. Ré-actline : 04 72 07 49 49. Les 7, 8 et 9 juin, Arlette allie fêtes et solidarité lors d’un Arlethon à Lax Bar (2 rue Coysevox, quartier Pentes). Au programme, shows et prévention contre le Sida avec sourires et gourmandises. Une tombola au profit d’ALS est organisée avec séjours et full-cadeaux au tirage. Clap. La Gay-Pride aura toujours bien lieu, le 15 juin avec soirée officielle au Transbordeur avec toute la médiocrité qu’apporteront ses djs et l’after amusera certainement plus au Medley avec Richelieu. Clap. Le 4 juillet, le gigantesque Caetano Veloso fera frisonné le théatre de Vienne lors de son festival de jazz. Ultra Vital si l’on rajoute, la même soirée, le laborantin Tom Zé et le frenchy Llorca en after. Ré-actline : 08 92 70 20 07. Clap de faim.

0 comments on “Cette peau qui s’accroche au corpsAdd yours →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*