Le venin parental

Mercredi autopromotion. Des produits politiques estampillés « d’origine apolitique véritable », s’emportent stérilisés du café-citoyen de Lyon Capitale au Grand Café des Négociants. Pendant que chaque « petit » candidat s’écoute parler, Claire redirige mon regard vissé sur deux jeunes étudiants vers un quadra frétillant. Plus le temps de draguer lorsque Mon Épouse et François MyTV s’attablent à nous faire boire plus loin.


Au nouveau Café Mug (place Raspail, quartier Guillotière), Marie-Êve, Karine et Géraldine rebaptisent, après approbation unanime, François en Kévin tout en pratiquant une longue séance du Jeu de La raie : un « Est-ce que tu as la raie ? » est suivi par un stylo placé entre les seins des jeunes femmes afin de constater si l’objet se perd ou pointe glorieusement hors du corsage. Clignez stupidement des paupières. Jeudi, une crise d’angoisse me coince le torse dans un étau asphyxiant. Les titres du Low Life de New Order accompagnent, à la perfection, cette déprime ponctuelle. Pourquoi ? Le cul ? L’amour ? Les sens ? Le sujet circule dans mes veines, infiltre le coeur qui recrache tout en pleine tête : la mort. La date du décès de mon père approche et la pendule commémorative enfonce son aiguille qui dérègle. Je n’y pense pourtant jamais. Mon corps me le rappelle chaque année. Plus besoin de psy pour faire le deuil de l’absence, toute absence. Efforts à fournir pour répondre à la question : Comment dépasser l’âge terminal de mes parents ? J’aurais 32 ans dans quelques mois. Mon père avait cet âge dans le cercueil. C’est décidé, je vais repeindre ma chambre en rouge pute, enfin m’abonner à 20 Ans, et tout ira mieux. Clignez des paupières. « J’ai bien fait de venir apparemment. Si vous êtes là, c’est que ce vernissage était à faire » me passe une pommade ironique Pascaline au lancement, vendredi, de la Müller Factory des Subsistances. Super Pénélope et Chatte Rouge refrottent au savon mon ego abîmé : « Tu viens et tout le monde est là ». Sans rire ? Je veux bien me croire important et branché étant vu et intégré que tout le manège entre journalistes, cultureux, communicants et politiques consiste à aveugler de sa brillantine son voisin de cocktail. Dans la mesure où l’on ne prend pas feu, amusons-nous à la prétention. Cricri, en sportwearin et nouvelle coupe de cheveux électrique, promet un happening au Café 203 contre la candidature de Christophe Cédat aux législatives. « Je vais brandir un panneau dans le bar » se survolte le journaliste. Clignez des paupières. « C’est pas mal ce que fait Pier Import en ce moment » s’élance Z2 sur la terrasse meublée marocain du Riad lors du lancement officiel de ce nouvel apéritif entre gens aussi « pipaul » que Laurent Natale, la DV-TLM coincée entre les seins d’une boutiquière. « Ils vont essayer de nous faire manger des kébabs » trinque Jacques Haffner avant de disserter mode : « Si le plissé revient à la mode, je vais pouvoir ressortir ma chemise Issey Myaké. Mais j’ai tellement forci que l’effet froissé… » Clignez des paupières. Dans la cour de l’école maternelle Saint-Pierre-de-Vaise, la compagnie Là Hors De s’éparpille dans la préparation de son Bocal, d’où sort un travail de création et d’improvisation entre artistes, auteurs et interprètes en balade dans le quartier. Z2 s’exalte, dans la pénombre, devant les cuvettes lilliputiennes des toilettes de l’école avant de rejoindre Alain Turgeon en répétition sur le square Feber. Un bref salut à Pierrette Augier et son époux. Un baiser à Timothy pour cligner des paupières. Au Cap Opéra, les barmen se dépoilent sur le comptoir pour fêter l’anniversaire du lieu alors que Elie et Olivier oublient leur séjour catalan dans les verres du Funambule. Z2 hésite toujours à nous rejoindre à Sonar ce week-end et L’United Café se la joue vaguement coquillages et crustacés. Clignez des paupières. Mathieu assiste à ma dernière croisade sexuelle du week-end au Medley et drague un nouvel androgyne. Je kidnappe un motard et ferme les paupières, le bas-ventre limacé de sperme et l’esprit toujours menacé par mon venin parental.

Nu.Mo. (Courts-lettrages). Petit tour de manivelle sur ce qui arrive ici, partout et ailleurs. En marge du défilé, samedi, de la Gay Pride, une nuit du cinéma gay et lesbien débobinera 3 films et un court-métrage lesbien, le mardi 18 juin, à 20h, au CNP Odéon. Clap. Pour la fête de la musique, le duo groovy & soul 3 mai devrait surpasser toutes les autres manifestations de ce premier jour d’été à la Buvette du pont Wilson. Ultra Vital. Clap. Le 22 et 23 juin, Arty Party investira l’Entrepôt des Sucres (au Confluent) avec expos et deejays pointus en électronica. Clap de faim.

0 comments on “Le venin parentalAdd yours →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*