Forcée à sniffer

L’effort pour se singer dans la peau d’un jeune fan de hip hop ne servira à rien. Jeudi, le festival L’Original inaugure trois jours de scratchings et speeches chantés dans l’allée centrale de la Galerie des Terreaux.


Et le surnombre de pantalons en maintien périlleux sur les hanches, tee-shirts extra-larges et attitudes pataudes nous rappellent que le « cool » et la « street » ne sont pas dans nos gènes. Alors nous adhérons aux expositions toutes fraîches et qualitatives de tags, pochoirs et peintures installés dans ces affreux boxes vitrés, marques cassables de la mocheté du lieu. Clignez des paupières. La Drôlesse persiste, vendredi à l’entrée de Transbordeur : « Alors, maintenant, il faut que l’on puisse parler aux jeunes de ce soir : Quettecasse et Vêtesur sont les verlans minima à placer dans une phrase. » Cécile Paris et Yves Caizergues ne nous laissent guère le temps d’exercer nos talents de bad people. Leurs drinks claquent bruyamment des allusions sexuelles sur ce voisin de comptoir construit comme une armoire normande et qui « de toute façon, mis à genoux, serait doux comme un agneau », provoque-je. « Tu veux lui casser les pattes arrières ? » exquit Yves alors que Patrice Moore relate ses soirées privées dans le milieu porno international et insiste « Non, non. Lorsque j’étais invité, c’était pour y jouer… uniquement en tant que deejay. » Clignez des paupières. La nuit s’éteint sur un concert ludique sonné par De La Soul. Le trio mythique manipule nos bras sur des beats baba et nous agite comme des marionnettes travestis en collants fluo et tordues de rires sur un tapis de gym tonic. Quelques élongations sur la terrasse de La Marquise finissent par nous coucher, épuisés. Clignez des paupières. Samedi, sur les lignes droites bitumées en route vers Paris, le Goldenboy grignote de la cochonnaille en sachets Justin Bridou. En maintien du volant en éveil, je questionne par stupidité : « Pourquoi Justin est-il toujours en vie alors que la Mère Denis, sa congénère figure-publicitaire, a depuis longtemps cassé sa pipe ? » Las, le copilote explique : « Justin ne fait que boulotter de la chair à saucisses tandis que la Mère Denis a été forcée à sniffer de la lessive. L’espérance de finir centenaire n’est, du coup, pas la même. » Clignez des paupières. Place de Clichy, Julie B. et Raphy ouvrent les fenêtres du balcon sur la Tour Eiffel pailletée de mille scintilles. La Drôlesse et Prousty se nourrissent d’huîtres et pizzas avant une escale au Rex Club où nous rejoignons Céline, Malick et Vincent Carry et humectons quelques drinks sur le live raté des allemands Jahcoozi. Clignez des paupières. La voiture en arrêt face à la grille du Palace, nous nous prosternons devant l’enseigne noircie de ce monument du clubbing tels des pèlerins de l’extrême. Puis gagnons le Trabendo en bouillon de corps transpirants et cris hystériques sous un mix en ping pong de Laurent Garnier et Dj Deep. À 6h du matin sur un parterre à demi rempli, Seb Broquet confirme : « Un Garnier se mérite. C’est lorsqu’il a renvoyé le gros du club au lit qu’il devient un dj extraordinaire. » Alors tout part ainsi dans le beau. La musique disco retient nos chevilles en torsions folles. Eric Boulo sautille entre des gym queens essoufflés. Didier Lestrade et Madame Pipi (photo) discutent en paix. Le journaliste me sourit : « On se croise chaque fois sur le Theme from S-Express. » Au grand matin, Mr Bone me textote depuis Brest : « J’aimerais me déhancher avec vous, mon joli. » Fermez les paupières.

0 comments on “Forcée à snifferAdd yours →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*