L’agilité parfaite des trois neurones

Je ne suis pas le seul à mariner dans la chaleur excessive et la pollution à renifler sans broncher. Ma faible charpente mal nourrie et traitée au tabac froid indique des signes de faiblesses : tension basse, digestion contrariée et bouche en dégoût.


Je dois prendre soin de moi. C’est l’un de ces conseils d’amis entendu à chaque fois que mon physique va trop loin dans la négligence. Ma stupidité m’encourage pourtant à ne jamais chercher la bonne forme. À tord, j’exagère et confonds. Confonds la simple évidence à ne pas trop pousser le corps dans la souffrance avec la vision de ces idiots bien élevés, en course contre la montre qu’on leur ôtera dans le linceul et focalisant sur la santé, l’hygiène dite « de vie » et la belle anatomie. Clignez des paupières avec l’agilité parfaite des trois neurones. Mardi, nous anesthésions nos restes de cerveau sur la terrasse de La Pie, nouveau bar-restaurant à buller le long des berges du Rhône. Fanfan Selenc perfuse des verres d’alcools à nos bras mous. J’immerge dans la lecture des pages drôles de Voici tout en laissant les invités à cette jolie inauguration batailler près du buffet. Dj Poulet prétend que son couple amoureux « a signé un bail de huit ans. Et, à deux années de son terme, j’hésite à le renouveler. » Je lui suggère aussitôt de se convertir à la zoophilie. « Il n’y a aucun animal qui m’excite vraiment. Si, peut-être l’escargot », joue-t-il conscient de la lenteur des préliminaires sexuels avec le mollusque. Clignez des paupières. Jeudi, Fanfan date son nouvel âge autour d’une tablée amicale à L’Escalier. Sous une averse de drinks, Karine et Prousty refusent la grande mode du camping pour favoriser un logis chic et douillet au bord de l’Atlantique. Yves Caizergues ne se souvient plus de son dernier coup de foudre : « Il y a trois semaines… peut-être ». Jean-René endosse le rôle de la grande peste pour souffler des moqueries élégantes tout en draguant Yves. à bougie soufflée sur l’anniversaire, nous rampons au Café 203Mr Bone m’empoumone une bouffée de baisers pendant que Cécile Paris Chaffard se blottit contre son bel amant. Clignez des paupières. Le fleuve est tranquille dans son lit noir et la bande d’amis prend grillades et assiettes de frites. Vendredi, une petite caravane disco mène le petit bal perdu au bout du confluent, Chez Francis. Et les corps s’épongent sur la zouk machine et chansons villageoises : Fabrice Arfi et Mon Épouse accordent leurs tenues fleuries à bras tendus vers un ciel sans artifice. Carla et Z2 vident des sceaux de vin. Mr Bone perd tête auprès de Laconque puis cligne des paupières sur cet échauffement nocturne magique. Tout s’accélère à la caserne des pompiers. Dans la cour de La Madeleine, Claire Carthonnet photoshoote le strip tease de deux mâles aux casques de fer. Habitués de ce rendez-vous annuel immanquable, Françoise Rey et Gilles Pastor ont pris quartier au coeur du système à fantasmes. Et de confirmer l’addiction : « Nous étions déjà là hier soir. » Cécile Paris ose la confrontation sur le dancefloor avec cette nuée de poupettes blondes qui bondent leurs croupes dans l’espoir de grimper au torse d’un homme en bleu. Une concurrente harponne Mr Bone et le prie pour une photographie : « Tu ressembles trop à Zizou ». Nous rions, bien heureux de notre ivresse en accéléré, tandis que la colle amoureuse de Greg Duvernay au bras de sa girlfriend nous fait fermer les paupières.

0 comments on “L’agilité parfaite des trois neuronesAdd yours →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*