Fils unique.

Mon père était fils unique. Un pourri et couvé voire dirigé par sa mère. En fait, ma grand mère perdit une fille en bas âge avant d’avoir mon père. Cela fit certainement d’elle une mère encore plus possessive et étouffante que la normale. Mon père était un capricieux (fils unique quoi). Il était plâtrier-peintre en indépendant et a du couler au moins trois fois sa boîte (les dettes ensuite épongées par les parents). Il ne visitait d’ailleurs ses parents que pour la thune, je pense. Il trompa ma mère le soir de leur mariage. Je crois avoir au moins quatre batârds de demi-soeurs ou frères. Enfin, il baisait beaucoup à droite à gauche. Il aimait les voitures et les chiens. Dès lors, on avait toujours deux chiens minimum à la maison qui clapsaient tous pour différentes maladies car il les récupérait à la SPA et devait certainement choisir les plus fragiles par pitié. Ma mère passait beaucoup de temps à les soigner avant qu’ils finissent dans la chaux au fond du jardin. Il achetait des voitures improbables (des anciennes ambulances, une DS avec l’intérieur cuir que l’on adorait avec ma soeur, une 2CV et la liste est longue). Il était alcoolique, tendance violente. Les éclats entre le couple parental étaient réguliers et attiraient le voisinage qui venait épier (se délecter ?) régulièrement dans les caves de la grosse baraque. Je crois que mon aversion pour le milieu paysan vient de là : les paysans reclus sont d’une cruauté impressionnante. Bref, mon père était un pauvre type. Je ne sais pas si je l’aime ou si je m’en fous. Il est mort alors que j’avais 10 ans et ce qu’il m’a montré jusqu’à sa fin ne m’a pas vraiment convaincu ou marqué. Sa fin ? C’était une fin de journée. Je rentrai d’un voyage scolaire. Dans la cuisine, des oncles et tantes entouraient ma mère. Nous demandions ce qu’il se passait. Notre mère nous envoya aller chercher les chèvres (oui, on avait des chèvres, sâles bêtes cabotines). A notre retour, ma mère était en sanglots. On avait compris. Ce que l’on compris mieux le lendemain, c’est que mon père avait été décroché de l’arbre auquel il s’était pendu.

0 comments on “Fils unique.Add yours →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*