On attend beaucoup dans un hôpital.

Gosse, j’étais abonné aux visites dans les hôpitaux. Plus pour les autres (le père, la mère) et rien pour moi. Les morgues aussi mais plus tard. Un CHU, ça pue. Cette odeur de « je ne sais quoi » mais immédiatement connectable avec le désagréable. Des salles d’attentes. On attend beaucoup dans un hôpital. Des couloirs à brancards avec des vieux, des jeunes, couverts de draps blancs et dont on ne sait pas grand chose de leurs états, de leurs chances de survies, si ce n’est qu’ils stationnent dans un couloir. A l’entrée du CHU, il y avait des vendeurs de fleurs, de livres, magazines. On m’achetait souvent un Mickey Magazine ou le dernier Pif Gadget comme si je devais avoir une récompense de ne pas avoir bronché pour venir passer une journée à l’hôpital. Ma mère était une locataire régulière de ce CHU de Limoges. Je ne me rappelle plus bien de l’état dans lequel ses ponctions lombaires successives la mettaient. Je me rappelle juste de l’hôpital. Un lieu familier.

0 comments on “On attend beaucoup dans un hôpital.Add yours →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*