Refuge (2).

Lorsque j’étais kid et que j’allais en vavances chez les grands’pa pater, j’étais chez moi. Je fouillais un peu partout. Surtout dans les placards, pour piquer la vignette coiffant les quartiers de Vache Qui Rit ou alors les cadeaux planqués au fond de la boîte de Bonux, hissée au dessus de la cheminée. J’ai volé une seule fois les grands’pa pater : Une pièce de cinq francs dans le tiroir central du buffet. Nous avions filé avec nos amis d’enfance à l’épicerie du village pour la dévaliser de bonbons. Les bonbons étaient dans ces gros bocaux à couvercles vissés. Au final, n’arrivant pas à finir le sachet acheté, nous avions enterré le reste au fond du jardin. Cinq francs pour quatre petits cons.

0 comments on “Refuge (2).Add yours →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*