Deuil (ne pas voir le mort).

Lorsque mon père est mort, la famille a décidé que, ma soeur et moi, nous ne devions rien voir. Si, je me rappelle du cercueil qui était exposé dans la chambre des parents lors d’une sorte de veillée pour les pleureurs croyants. Mais mes souvenirs sont assez flous. Je me rappelle du jour de l’enterrement où nous étions cloîtrés dans une des chambres des grands parents mater, celle avec la tapisserie 70s avec des motifs fleuris jaunes et orangés, la même qui sentait une humidité agréable. Je n’ai donc pas vu le père descendre dans le trou. L’été passé, je devais rentrer au CM2 dans l’école du village. Et je ne sais si je l’ai demandé ou si c’est ma mère qui a fait ce choix mais je me suis retrouvé dans une nouvelle école, dans un autre village. Pour me protéger des dires « son père s’est suicidé » ? Je ne sais pas. Je me rappelle uniquement que j’ai eu des migraines atroces pendant plusieurs semaines. Que ma mère m’a fait hospitaliser en journée au CHU de Limoges afin de passer une batterie d’examens. C’était assez drôle et je me souviens très bien de l’encéphalogramme pratiqué : j’étais allongé sur un lit avec une sorte de casque plein de gel. Puis on m’a mis dans une petite pièce où j’étais face à une sorte de parabole blanche et je devais réagir par rapport à un point lumineux qui se baladait. Puis dans une autre pièce, avec des sortes de puzzles à reconstituer. Puis dans une autre pièce à faire des trucs de logiques. Au final, ma mère était contente des résultats. Je ne sais pas si c’était parce que l’on lui a dit que j’avais un QI de dingue ou que ce n’était que parce que je souffrais de « surmenage ». Voilà, j’étais « surmené ». C’est tout.

0 comments on “Deuil (ne pas voir le mort).Add yours →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*