Abruti.

Je passe en caisse du Carrefour City. Le jeune homme me demande : « Vous êtes militaire ? » Je porte la parka surplus militaire offerte par Mariska, il y a quinze jours. Je le regarde, la tête toujours ailleurs : « Non. Ce n’est qu’une parka militaire ». Il me sourit. Il me rend la monnaie et me regarde avec insistance. Je sors de la superette. Je tombe sur une connaissance. Elle : « Gaspard, tu as les traits tirés et l’air sévère. Ca va bien ? » Nous parlons un peu. Je n’ai qu’une envie : m’enfuir et rentrer chez moi. Me fermer. Je sens que mon attitude hors appartement est maladroite, bancale. Comme si le monde me faisait peur. Comme si j’étais un animal hors de sa cage qui ne savait plus bien quoi faire hors de sa cage. Je n’ai pas un comportement normal. Je suis malade.

0 comments on “Abruti.Add yours →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*