Broken brain (1/2)

Mr Bone me fit vivre également son coming out officiel. Il sortait d’une histoire de six ans avec une femme. Ses parents, divorcés et remariés tous les deux, connaissaient très bien cette femme. Et ils connaitront très rapidement mon existence et la nature de ma relation avec leur fils. La rencontre physique se passera pour un réveillon de Noël. Je dis à Bone que ce n’était peut-être pas la meilleure occasion pour faire les présentations. Mais il insistera. Donc je me retrouve face à ma devenue belle-mère, cinquantenaire, et son deuxième mari, de deux ans mon aîné. La mention des âges de mes beaux-parents côté mater n’est pas qu’un détail. Parce que je me suis retrouvé à réveillonner en face d’un couple atypique : Je ne pouvais pas ne pas tutoyer mon beau-père donc devais tutoyer également ma belle-mère. Ils ont été charmants. Même si j’ai toujours eu avec ma belle-mère une relation assez tendue : on s’est toujours regardé comme des chiens de faïence prêts à fissurer le vernis lisse et brillant pour se foutre sur la gueule. Ce qui peut se comprendre dans la mesure où l’Autre a longtemps était le fils unique du premier mariage d’une mère castratrice. Le lendemain, le 25, j’ai eu droit à la deuxième couche. Le repas avec les beaux-parents côté pater. Le père a été cool avec moi. Il relançait cependant régulièrement l’histoire ancienne de son fils avec son ex-copine, histoire de montrer que j’étais une erreur de casting. L’Autre n’appréciait pas du tout les piques de son père. La soirée fut assez tendue. Il y avait de la convivialité et de l’hospitalité dans la maison mais le père avait une attitude verbale assez violente avec son fils. Ce n’est pas que son fils sorte avec un mec qui le dérangeait. C’est que son fils soit pédé « officiellement » qui le chagrinait. Nous finirons par liquider une bouteille de Cognac très tardivement tous les trois, Bone, son père et moi. Et le Cognac est mon péché mignon. C’est un alcool costaud, merveilleux, et qui m’a pas mal fracassé. J’ai été naturellement à un certain moment d’alcoolémie avancée très direct et cru, et impudique, à table. Le père autant drunky que nous deux encaissa tout. Je ne suis pas sûr qu’il suivait tout. Mais à la suite de cette première soirée de présentation, j’ai toujours eu une relation franche du collier avec mon beau-père. Je crois qu’il m’aime bien toujours. En tous les cas, les dernières conversations téléphoniques post rupture que j’ai pu avoir avec lui ont toujours été courtoises et comme empruntes de respect mutuel. Ce qui n’était pas le cas avec la belle-mère.

0 comments on “Broken brain (1/2)Add yours →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*