Sur le temps. Sur nos âges.

Demain, ma mère aurait eu 63 ans. Elle est morte à l’âge de 43 ans. J’en ai 41. Deux ans de plus et je serai aussi vieux qu’elle. Mon père est mort à 33 ans. Je ne connais même pas sa date de naissance. Je ne sais même pas la date précise de sa mort. Je devais être trop jeune pour imprimer ces dates pour le début et la fin du pater. Et je n’ai finalement jamais eu à lui souhaiter « bon anniversaire ». Je sais juste qu’il s’est pendu en juin. Chaque année, cela me fait bizarre, cette date anniversaire de la mater. Je n’y pense pas mais mon corps et ma tête me le rappelle automatiquement. Tout comme sa date de mort. Ce qui est bizarre, c’est que je me dis à chaque fois : « Putain, elle aurait eu 63 ans. Mais c’est jeune, 63 ans ». Non, ce n’est pas forcément jeune, 63 ans. Mais cela n’est pas vieux non plus. C’est jeune dans mon esprit parce que son absence fait que j’ai l’impression qu’elle est morte trop jeune donc qu’elle serait encore jeune. Je ne sais pas si je suis clair ici. Je sais que j’ai un rapport au temps, à la vieillesse, à ce qu’est la vieillesse ou ce que peut être la jeunesse qui n’est pas celui de mes contemporains.

0 comments on “Sur le temps. Sur nos âges.Add yours →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*