Les mains dans le sang.

Lorsque j’étais kid, j’aidais les paysans du village et ma mère à tuer les animaux : les poules, c’était facile. C’est tellement con, une poule que je ne suis même pas sûr qu’elle se rende compte de ce qui lui arrive. Mais une poule chaude et mouillée à déplumer, c’est une horreur, niveau odeur. Plus délicat était de tuer des lapins. Là, il faut pendre la bestiole à un crochet, l’assommer, lui faire sauter un oeil et le saigner. Puis lui tailler la peau au niveau des pattes afin de le dépoiler. Je n’aimais pas trop la procédure. Le plus dur était d’assister à la mort de chêvres : nous avions des chêvres et je les trouvais jolies même si très très connes. Et la tuerie en fin de saison était toujours douloureuse pour un kid de moins de dix ans.

0 comments on “Les mains dans le sang.Add yours →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*