Virtuel.

Pendant ces vacances improvisées, j’ai rencontré trois « friends » de Facebook. Trois personnes que je ne connaissais pas. Trois personnes, humainenement extras, dans des vies totalement différentes. Peut être pas si différentes que cela finalement. Plus une personne qui m’a aidé à distance et que je ne connais pas non plus « directement ». Ce voyage et les bons moments passés me renvoient à une vieille discussion. Lorsque j’étais journaleu, j’ai fréquenté Le VertuBleu Comptoir. Un bar-restaurant devenu mythique depuis sa fermeture. Je devais y boire quatre à cinq soirs par semaine et y rester diner au moins trois fois par semaine. J’ai rencontré Vincent, dans ce bar. Vincent bossait pour un hebdo concurrent et il écrivait pour les pages « ciné » et aussi « nuits ». Nous deux, on s’est toujours un peu regardé en chiens de faïence. Je crois qu’il avait du mal à suivre toutes les saloperies déviantes que je pouvais écrire dans mon hebdo alors que lui devait se cantonner à du « people soft ». Un soir, je devais diner avec Claire (directrice de FIP Lyon qui était ma partner in crime) et Vincent vient discuter avec nous. On parle politique et d’autres sujets dont je n’ai plus souvenir. A un moment, je dis que je baise via réseaux téléphoniques ou minitel. Vincent me regarde surpris et me dit une chose dans le genre : « Mais, tu as une vie sociale suffisamment riche pour ne pas avoir à aller chercher tes amants sur des réseaux. Ce n’est pas naturel ». Je ne me rappelle plus bien ce que je lui ai répondu. Mais je savais ce que j’avais déjà intégré : Ce qui est virtuel n’est pas plus jetable que ce qui est réel. Je pense que le virtuel n’est qu’un reflet à peine déformé du réel. Facebook, on dit que c’est de la merde, que cela détruit les vraies relations. Mais les vraies relations savent se détruire toutes seules. Tout comme le virtuel peut créer de vraies relations qui vont se construire. Je ne sais pas si je suis très clair dans ce post. Ce qui est clair pour moi est que le virtuel peut créer du bien à tous les niveaux (solidarité, décloisonnement par rapport à des centres d’intérêts particuliers ou échanges entre passionnés). Après, tout dépend ce que l’on fait du virtuel. Si ce n’est qu’une vitrine de sa propre vitrine, je ne suis pas sûr que cela ait un réel intérêt humain.

0 comments on “Virtuel.Add yours →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*