After Biennale (Israel Galvan).

Cela m’a vraiment fait plaisir d’accompagner Benjamin au TNP pour une représentation d’Israel Galvan. Je n’avais pas vu de spectacles de danse depuis des mois (des années ?), enfermé que je suis dans ma propre prison d’appartement. Et ce que j’ai éprouvé, ce jour, fut prenant. Ma tête cogitant trop ces jours-ci, elle s’est échappée, là.

Automatiquement, j’ai pris les réflexes d’un habitué des arts vivants. Parce que j’ai sûrement plus vu de spectacles que la majorité de mes contemporains et dans des conditions d’accueil ultra-privilégiées en tant que journaleu. Nous étions placés au premier tiers supérieur des rangs de la salle, au milieu (même si être légèrement décalé sur un côté offre une vision plus curieuse) et entourés de journaleux ou huiles culturelles. Nous nous sommes salués avec Guy Darmet et nous resaluerons à la fin de la représentation. J’aime beaucoup cet homme. Parce que c’est un sensible, un fin communicant et un vrai malin politique. L’intelligence public, en somme. Ce mec a tellement fait pour la danse à Lyon. Plus largement, il a tellement fait pour Lyon. Mes réflexes sont aussi revenus par rapport à la façon d’applaudir, très codifiée : je n’applaudis jamais pendant une représentation alors que la salle a applaudi à chaque prestation vocale sur cette création. Au final, j’applaudis mollement une seule fois lors du premier salut des artistes sur scène si je n’ai pas du tout aimé. J’applaudis au deuxième salut si j’ai aimé. J’applaudis encore au troisième salut si j’ai totalement adhéré. Voire je fais une « standing ovation ». Aujourd’hui, j’ai applaudi jusqu’au troisième salut.

 

0 comments on “After Biennale (Israel Galvan).Add yours →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*