Blitz Generation.

La nuit dernière, je me suis addicté à « Homeland ». Parce que le scénario est solide et les acteurs très bons. Mais il y a quelque chose qui me dérange dans cette série : ce modèle américain qui fait qu’il faut toujours faire parler ses personnages, que la présence du silence est interdite et que l’image doit sans cesse bouger afin d’éviter, sûrement, que le téléspectateur ne zappe ailleurs. Il y a cette scène de baise dans un des épisodes où le soldat, nu sur l’enquêtrice, s’arrête en plein coït. Cette dernière le regarde et lui demande ce qu’il se passe. Il répond quelque chose comme : « Je veux juste rester comme ça une minute ». Et l’on voit une minute de pause, d’un type sur une femme qui ne bouge pas, qui est juste en elle. Cette scène est assez osée dans ce modèle médiatique, de rythme de vie, qui veut que tout bouge sans cesse. Une copine m’a dit, un jour : « j’ai l’impression que les mecs français, les jeunes mecs, baisent comme des américains : il faut que ce soit vite, fort, rapide et sans tendresse ». Je crois comprendre ce qu’elle voulait me dire. Nous vivons la Blitz Generation : « Tout. Tout de suite. Et maintenant ». Pourquoi cela ? J’ai mon idée mais cela serait trop long à expliquer ici. Autre exemple assez parlant de ce relationnel blitz : j’ai quelques friends sur Facebook ou rencontré via des sites pédé, tous pré-trenta ou trenta. Ils ont une relation avec moi qui m’échappe, que moi, déjà de la vieille école, j’ai du mal à saisir. Ils vont me « harceler » toute une journée en me disant qu’ils m’aiment beaucoup, m’apprécient vraiment bien. Et puis, pof, plus rien ensuite. Plus rien pendant plusieurs jours ou semaines, avant qu’ils ne reviennent vous fracasser l’Iphone ou les fenêtres de clavardage de différents supports informatiques en vous disant : « hey oh, tu es là ? » Comme si j’existais à un instant T mais plus à l’instant T+1 pour re-exister à l’instant T+2. J’ai beaucoup de mal à suivre et à coller avec la Blitz Generation.

0 comments on “Blitz Generation.Add yours →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*