Dance music.

Hier, j’ai adore le set de Duke Dumont, mélange de sons house et techno 80s-90s, retouchés et malaxés à la sauce d’aujourd’hui. Techniquement, ce type m’a bluffé. Vers la fin de son set, il s’est passé une chose que je n’avais jamais aussi bien expérimenté et apprécié dans la dance music : superposer des contre-temps jusqu’à en faire un vrai tempo puis nettoyer ce vacarme parfait pour revenir à un beat clair. Lorsque l’on dit « techniquement, c’est propre », cela pourrait faire penser qu’un deejay est, en toute petite partie, un bon deejay. Mais ce n’est évidemment pas la seule chose qui importe. La preuve, faire du « sâle » est aussi une prouesse technique. Et Dumont me l’a montré, cette nuit. Autre prise de conscience, toute cette scène anglaise à la mode en UK house, nu soul ou minimal techno n’est peut-être qu’une génération nostalgique de la House Nation, période 1984-1990 (1991 ? 1992 ?). Comme si ces deejays-producteurs, à peine trentenaires, biberonnaient à fond la techno-house de papa et la rebalancaient en plus jouissive, rageuse ou pumpin. J’ai compris hier pourquoi j’adorais cette scène là : elle ne peut que parler et plaire à des vieux quadras comme nous, ceux qui ont vu naître ces styles musicaux et les ont accompagné en dansant.

0 comments on “Dance music.Add yours →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*